Pardonnez-moi car j’ai péché !

Publié le par Monzoeil

Mardi 28 octobre, 2008

Rubrique pêche en eaux troubles


Pêché justement ce titre dans Libé

L'Armée du Salut dans le collimateur de la justice ?


La Fondation est soupçonnée, entre autres, d'avoir perçu indûment des fonds publics et d'octroyer à sa direction des salaires bien plus élevés que dans les autres organisations humanitaires.


Eh, ça serait pas plutôt l'Armée du CHALUT ? Pratique pour draguer les fonds !

 

 



Allez ! un peu d'histoire bande de mécréants. (source Wikipédia) Croyez pas quand même que Mon Oeil va payer des gus pour plancher là-dessus !


L'Armée du Salut est, à l'origine un mouvement religieux fondé en 1865 par William Booth, un pasteur méthodiste. Sa mission est d'annoncer l'Évangile de Jésus-Christ. Elle met en pratique ses principes chrétiens dans son action sociale, sans discrimination.

 Sans blague ! Ce serait donc un principe chrétien que de rincer les dirigeants ?


À cette époque, les foules ouvrières s'entassent dans les quartiers pauvres… À l'instar de Karl Marx qui y trouvera les fondements de son idéologie révolutionnaire, matérialiste, athée et basée sur le principe des masses, William Booth va proposer un autre moyen de salut à ces populations qui vivent dans la misère.

Ah bon ? quel principe ? Faire les poches des grands bourgeois ? Leur imposer l'impôt révolutionnaire ?


Pour lui, le progrès social, politique et économique devrait découler d'une profonde transformation intérieure de l'homme, réconcilié avec lui-même par la puissance de l'Evangile.

Ben voyons !
Le principe est bien connu et toujours le même : Vous en chiez ici bas mais après, putain vous allez voir comme ça va être nickel !
Hein ? quoi ? ah non moi c'est pas pareil ! Suis là pour vous montrer la voie ! Vous croyez quand même pas qu'on va partager la même couche et bouffer dans la même écuelle !


Mais il faut pouvoir lui proposer des conditions de vie décentes sur terre. C'est l'origine de la devise : “Soup, soap, salvation” (Soupe, savon, salut).

Bon ben salut vieux et merci pour la soupe !” “Non, oh attends ! faut prier pour le salut de ton âme ! Ben oui ! rien n'est jamais gratuit ! il est con ou quoi lui !”

 


Pour regrouper et mettre à l'œuvre les nombreux convertis qui le suivent, William Booth s'inspire du modèle militaire. Son organisation adopte vite une hiérarchie, une discipline, un uniforme, des règlements.

Quel pied ! Manque plus qu'une bonne guerre afin d'éradiquer temporairement la misère ! “Bon vieux, laisse tomber ! Je crois que je vais aller voir du côté de l'autre barbu, le Karl là tu sais !”


Et maintenant bande de p'tits salopards, on va voir si vous avez bien appris la leçon !


Un seul de ces trois barbus vit dans un château, se pique la ruche et lance des bordées d'injures ! Saurez-vous le reconnaitre ?

   


Publié dans Monzoeil news

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article